Protection des milieux naturels

Protection des milieux naturels

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Milieux naturels

LES MILIEUX BOISÉS TERRESTRES À CARIGNAN

Milieux naturels

Les milieux boisés terrestres de plus de 1 ha présents sur le territoire de Carignan et qui ont été caractérisés totalisent une superficie totale de 760,5 ha (cette superficie exclut les marécages arborescents et arbustifs). Ces milieux représentent donc approximativement 12 % de la superficie totale de la ville. Une étude récente sur les pertes forestières en Montérégie indique que le taux de superficie forestière à Carignan s’élevait à 16,28 % en 2009 (Géomont, 2009). Toutefois, ces superficies incluaient les grands massifs boisés humides du territoire.

Ces superficies sont largement en déca des superficies recommandées par diverses études, qui suggèrent que des impacts significatifs surviennent au niveau de la fragmentation, de la biodiversité, du comportement des espèces et des rôles écosystémiques joués par les milieux naturels , passé un certain seuil de couvert forestier (Andrén, 1994 dans NAQ, 2004, Primack, 2002, Environnement Canada, 2004).

À cet effet, il semble opportun de rappeler que chacun des boisés présents dans la ville de Carignan a son importance propre et mérite une attention particulière.

Les boisés de la ville sont essentiellement localisés à sa limite ouest et font partie du corridor forestier du mont Saint -Bruno. Il s’agit généralement d’érablières rouges ou de frênaies et leur superficie varie de 0,8 à 50,8 ha. Plusieurs petits boisés isolés sont localisés en zone agricole, surtout dans la partie sud de la ville.

Un écosystème forestier exceptionnel (EFE) serait présent sur la partie de nord de l’Île aux Lièvres. Il s’agit d’une forêt riveraine dominée par la présence du tilleul d’Amérique et de plusieurs espèces à statut particulier.

Deux autres sites pourraient être potentiellement désignés comme des EFE. Il s’agit de la zone boisée localisée au sud de la carrière où une concentration impressionnante de caryer ovale a été répertoriée. L’autre boisé est localisé en bordure du ruisseau Massé et est caractérisé par la présence d’une chênaie à chêne bicolore accompagné de caryer ovale, d’érable rouge et de frêne.

Source : Plan de conservation et de protection des milieux naturels

Milieux humides

Les milieux humides de plus de 1 ha présents sur le territoire de la ville de Carignan et qui ont été caractérisés couvrent une superficie totale de 460,13  ha, soit environ 7 % de la superficie de la ville.

Ces milieux sont principalement des marécages arborés et arbustifs, mais des marais et des milieux humides en eaux peu profondes ont également été répertoriés. Leur superficie varie de 1,05 ha à 200,9 ha.

Ces milieux sont présents surtout à l’intérieur du corridor forestier du mont Saint-Bruno, à la limite ouest de la ville. Dans la partie sud du territoire, les communautés végétales présentes dans le boisé de Longueuil/La Prairie/Carignan (LLPC) forment une très grande mosaïque de milieux humides d’une diversité végétale intéressante.

Plusieurs cours d’eau sont présents dans ce secteur et, bien que des inventaires printaniers n’aient pas permis de détecter sa présence à l’intérieur des limites de la ville, il s’agit d’un habitat potentiel pour la rainette faux-grillon de l’ouest. Ce milieu est identifié dans le plan de conservation de la rainette de la ville de Brossard et plusieurs mentions ont été répertoriées sur le territoire adjacent à la ville de Carignan (La Prairie et Brossard) (Angers et al., 2008).

Plusieurs milieux humides ont également été répertoriés dans le secteur au sud de la carrière ainsi que sur l’île Goyer, autour de la pointe nord de l’île aux Lièvres, sur l’île Fryer et à l’extrême sud de l’île Sainte-Marie.

Source : Plan de conservation et de protection des milieux naturels

Rives et littoral

Protection des rives et procédure pour travaux d'aménagement

Conservation de la nature est propriétaire du littoral de la rivière Richelieu jusqu’à la ligne des hautes eaux naturelles entre le pont de l’autoroute 35, à Saint-Jean-sur-Richelieu, jusqu’à la limite avale du refuge faunique Pierre-Étienne-Fortin dans le bassin de Chambly.

Ce territoire a été acquis par Conservation de la nature dans le but de protéger l’intégrité des habitats aquatiques de plusieurs espèces en péril, dont le chevalier cuivré, une espèce de poisson hautement menacée. De plus, les 15 km de rivière protégés sont directement en amont du bassin de Chambly qui est la prise d’eau potable pour plusieurs municipalités, dont celle de Carignan.

À titre de propriétaire, Conservation de la nature désire promouvoir la vocation de conservation des rives de la rivière ainsi que la procédure à respecter pour tout projet d’aménagement situé sur sa propriété ou en rive.

Dépliant-pour-riverain
Skip to content